Entretien pédagogique : Monsieur Virgile Donneaux


1) Est-ce que la majorité des élèves sont motivés à apprendre/ écouter ? Comment fais-tu pour les motiver ?


Statistiquement, je dirais que la moitié des élèves sont motivés. Pour essayer d’obtenir le maximum de motivations de leur part, je renouvèle le plus souvent possible les textes que l’on aborde dans les différentes périodes de cours durant l’année, pour suivre l’actualité. Par exemple, lors de la période dédiée au résumé informatif, j’utilise toujours des articles de l’actualité, afin de susciter la discussion chez les élèves.

De plus, quand cela s’y prête, je tente de faire des activités qui sortent de l’ordinaire : concours de nouvelles d’écriture, rédaction d’un journal de l’école, parcours BD dans les rues de Bruxelles, assister à un procès au palais de justice pour l’argumentation, faire un « escape game » lors de la période de l’année consacré au récit policier…


2) Comment parviens-tu à développer des relations positives avec tes élèves et à induire le respect et la confiance ?


En temps normal, chaque semaine (un peu moins fréquemment en période Covid), j’organise un « conseil de la classe » qui consiste à discuter avec les élèves de la semaine qui s’est écoulée. C’est l’occasion pour eux et pour moi de discuter des bonnes choses comme des mauvaises. Ils peuvent parler de tensions qu’il y aurait en classe, de problèmes qu’ils rencontreraient avec certains professeurs, d’envies, de projets etc. J’insiste toujours avec eux sur le fait que pour régler les problèmes, les solutions doivent venir d’eux-mêmes et que je ne suis pas là pour régler tout à leur place. Cela permet de les responsabiliser.


3) Selon toi, comment peut-on créer un apprentissage collaboratif efficace avec les élèves ?


Après avoir testé différentes pratiques, je constate que ce qui fonctionne le mieux avec mes élèves est le système de tutorat dans lequel les élèves les plus avancés aident ceux qui rencontrent des difficultés. Cela permet de valoriser les uns et de permettre aux autres de poser davantage de questions, chose qu’ils n’osent pas toujours faire face à toute la classe.


4) De quelle manière cultives-tu un sentiment de communauté en classe ?


Certaines activités évoquées à la première question donnent un sentiment de communauté aux élèves : lorsqu’ils réalisent un projet ensemble durant plusieurs semaines, cela favorise grandement la coopération. Nous organisons également quelques activités qui sortent totalement du contexte des apprentissages. Par exemple, nous organisons un petit-déjeuner/diner de classe pour lequel chaque élève amène une préparation culinaire qu’il souhaite faire découvrir aux autres. Nous organisons aussi des « cacahuètes », des échanges de cadeau lors du dernier jour avant les vacances d’hiver.


5) Quels conseils donneraient-tu à un(e) futur(e) enseignant(e) du professionnel pour transmettre efficacement un savoir-faire, un savoir-être aux élèves ?


La technique qui fonctionne le mieux dans mes classes de professionnel pour transmettre un savoir-faire est de les accompagner pas à pas et de leur donner des exemples tout à fait concrets de ce qu’on attend d’eux. Par exemple, pour rédiger un fait divers, nous choisissons ensemble un sujet. Puis nous choisissons des éléments pour le « qui ? », le « quoi ? », le « quand ? » etc. Puis nous rédigeons l’article phrase après phrase en négociant pour choisir chaque fois la meilleure proposition, en l’améliorant si nécessaire. C’est via ce procédé que j’obtiens par la suite les meilleures productions écrites, car les élèves agissent par mimétisme : le fait d’avoir réalisé un exemple collectivement et de pouvoir utiliser cet exemple lors de l’évaluation leur permet de savoir exactement ce qui est attendu d’eux. Je donne donc toujours un exemple de production attendue, qu’il s’agisse d’un texte narratif, d’un dossier informatif, d’une affiche etc.


Habiba Bouali et Aline Arbé

10 vues0 commentaire